À propos
de Fisheye 360

Fisheye 360 a été créé en 2015 par  Fisheye, société de presse et de production de contenus indépendante basée à Paris. Fisheye 360 rassemble toutes les compétences nécessaires à la production d’un film en réalité virtuelle (VR) : écriture, réalisation, tournage, stitching, son et spatialisation, postproduction et diffusion. Elle emploie 5 personnes à plein temps sur les activités liées à la réalité virtuelle : directeur et chargé de production, réalisateur, cameraman, monteur. Fisheye 360 a également pour mission de promouvoir les productions artistiques en VR, et organise depuis 2016 le VR Arles Festival.

Écriture et préparation

Le travail de conception-rédaction du scénario et des story-boards VR implique de prendre en compte la manière dont le spectateur va réagir pendant le film, afin d’anticiper et de guider son regard sur l’action. Les plans sont plus longs, afin de permettre au spectateur de profiter au maximum des séquences.

Tournage

La captation elle s’effectue au moyen d’un rig permettant d’accueillir, selon les configurations de 6 à 12 caméras, dotées d’un objectif classique ou fisheye, ultra grandangle. Le rig est ensuite fixé sur une perche ou un dispositif mobile comme un drone pour les vues aériennes. Comme tout ce qui est filmé est dans le champ, il faut ainsi prévoir de pouvoir dissimuler tout le matériel et le personnel de tournage… Un dispositif de prise de son à 360 est également nécessaire pour le bon rendu final du film.

Postproduction

Si le montage en soi n’est pas différent de celui d’un film classique, la postproduction intègre une phase de stitching, pendant laquelle les différents flux vidéo sont recombinés en un seul fichier vidéo à 360°. C’est peut-être l’étape la plus spécifique et la plus chronophage dans la production d’un film VR. Pour recréer une vidéosphère parfaite, il faut découper les flux captés par les différentes caméras, plan par plan. Les flux sont ensuite stabilisés et la lumière est équilibrée dans toute la sphère, les différentes caméras n’effectuant pas forcément les mêmes réglages pendant la prise de vue. Enfin, l’ajout et la spatialisation des pistes son sont une autre spécificité de la postproduction d’un film VR.